festivale donia

festivale de donia

Article de l’express de Madagascar du 15 mars 2003

Par Steve Maniry

Festival de Nosy Be : le 10e anniversaire de Donia célébré du 4 au 8 juin

    Une décennie au cours de laquelle il s’est mué en une gigantesque plate-forme d’expression musicale et d’échanges culturels tant pour les artistes malgaches que les groupes de musique des îles riveraines (Océan Indien). Au fil des années, le festival de Nosy Be a gagné en notoriété, en crédibilité, en professionnalisme, au point d’être incontournable pour la promotion des tendances musicales de la Grande Île et de la région de l’océan Indien.
Au chapitre des artisans de la réussite de cette heureuse entreprise culturelle s’inscrivent les membres du Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be), constitués d’opérateurs hôteliers, de cadres, de vazaha et de Malgaches. Une véritable équipe solide qui n’a jamais ménagé ses efforts pour conduire son « bébé » qu’est Donia au stade de la maturité et de l’épanouissement.
L’autre mérite de ce festival et ses instigateurs ? Ils se battent, dans le cadre de Donia, pour la bonne cause : les droits de l’enfant. Une louable lutte entreprise avec l’Unicef. C’est ainsi qu’à chaque édition du festival, une journée de l’enfant est insérée dans la programmation. Ce volet social, qui s’ajoute merveilleusement aux festivités musicales, est l’image de la mythique conjugaison de l’utile et de l’agréable.
Sur l’île aux parfums, on piaffe d’impatience de vivre au rythme fiévreux de Donia. D’autant que le 10e anniversaire de ce festival, devenu sans conteste la fierté des Nosybéens, intervient cette année : du 4 au 8 juin prochains. Tout un programme. « Le 4 juin, ce sera l’ouverture officielle de Donia 2003. Celle-ci coïncidera avec l’inauguration d’un nouvel établissement hôtelier baptisé Corail Noir. Les autres jours seront consacrés, comme de coutume, aux spectacles de musique au stade municipal d’Ambodivoanio », a informé Sana Vincenzo, vice-président du Cofestin. La machine infernale des préparatifs est en branle sur cette île paradisiaque. « Tout est en route. A priori, tout va bien », a-t-il précisé, d’une voix optimiste. Les détails de la programmation ne sont pas encore disponibles, mais l’on est en droit de s’attendre à une affiche alléchante et une succession de festivités, destinées à être gravées à jamais dans la mémoire collective. L’on apprend toutefois que les tractations avec les artistes nationaux et les musiciens des îles-sœurs vont bon train, et qu’un festival off sera organisé dans l’après-midi du dimanche 8 juin (dernier jour de Donia) à Dzamandzar.
« Donia à Nosy Be » chantait Dr JB, le chouchou des Nosybéens, lesquels n’hésitent pas à s’éclater sans retenue à la cadence salegystique du chanteur au béret noir. « Donia à Nosy Be », c’est surtout la célébration de la fête de la vie qu’aucun des habitants de l’île aux parfums ne manquerait au monde. « Donia à Nosy Be », c’est aussi un dialogue de cultures, malgache et étrangères (mauricienne, réunionnaise, comorienne, mahoraise, seychelloise). Un carrefour culturel et musical, somme toute de l’océan Indien.