festivale donia

festivale de donia

BILAN DONIA 2014

Le DONIA 2014 est fini, et il est l’heure du bilan.

L’organisation a été sans faille, la sécurité a été assuré, les artistes ont été à la hauteur, la représentation a été internationale (Madagascar, Rodrigues, Comores, Réunion, Gabon, Mayotte), l’ambiance assurée, les échanges nombreux et fructueux. Une très belle édition dans son contenu.

Pour le carnaval et la cérémonie d’ouverture du mercredi, ou l’entrée était gratuite, le stade était archi plein (plus de 22 000 spectateurs).

Tous les soirs, les enfants, les troupes de dance, les quatre premiers du carnaval ont tout donné pour satisfaire le public présent, nombreux ou moins nombreux.

Pour la première soirée de concert du jeudi 05, certains ont vu un stade « désert », alors qu’il y avait quand même, entre les gratuits et les payants, environ 3500 spectateurs qui n’ont pas boudé leur plaisir d’applaudir les artistes du jour (Rijade, Baco, Jior Shy) et au final le Grand Lego qui n’a pas démérité.

Les deuxième et troisième soirées de concert ont connu une affluence plus conséquente, avec une programmation variée et de grande qualité (Papa Giro le dynamique Comorien de la Réunion, Mannyok la chaleur et l’ambiance de Rodrigues, Black Nadia, Zandy Amed, Free Pac, Baco Ali et l’énergie de Mayotte, Dat’ Kotry, Din et Flavien…). Qui peut dire que d’autres artistes auraient fait mieux en termes de remplissage ?

Enfin, la dernière soirée, celle de dimanche, a renoué avec les plus grandes soirées du DONIA. Un stade enfin plein, qui a salué dignement les Jac’s, J’Tu (Gabon) et Dalvis, pour s’enflammer pour la star du jour, Sisca, qui a su attirer, tenir et enjouer un public très nombreux, conquit et en partage total avec cette petite bombe artistique. Un grand bravo à Sisca, qui a fait aussi bien, voire mieux, que ses ainés qui ont clôturé les précédentes éditions du Donia. Preuve, sa colère et celle du public quand la régie scène lui a imposé de stopper son show, pour des raisons d’organisation et de démontage de la sono avant le matin, après quatre heures d’ambiance de haut niveau. Cette incontestable jeune star à la carrière très prometteuse avait préparé un spectacle pour durer « jusqu’à l’aube » et l’aurait très certainement fait si la régie ne l’avait pas stoppé.

Mais la crise à Nosy be n’est pas une légende. Le Donia a enregistré sa plus faible billetterie (entrées payantes) de son histoire. Par contre tous les spectacles, démonstrations, animations, gratuites ont fait le plein. Près de 80 000 spectateurs sur le festival Off, le carnaval, la danse, le sport, le moto cross, … Il ne faut donc pas accuser la programmation ou les artistes pour cette modeste, mais néanmoins importante, fréquentation. Une programmation comme celle de cette 21ème édition, dans un contexte socio-économique favorable, aurait rempli quatre soirs de suite le stade. La preuve en est la fréquentation très importante du dimanche, avec Sisca, sans les artistes tant cités comme seuls capable de remplir le stade et animer le Donia.

Enfin, il faut signaler que sans la participation des sponsors et partenaires, le COFESTIN n’aurait jamais pu clôturer cette 21ème édition du DONIA à l’équilibre. Car en effet, cette édition est à l’équilibre et permet au COFESTIN de payer tous ses engagements et d’entretenir les équipements et probablement même de financer des actions sociales ou collectives pour Nosy Be, comme chaque fois qu’il le peut.

Le COFESTIN (Comité d’Organisation du FESTIval de Nosy Be) remercie ses sponsors, Le Ministère du Tourisme, Le Département Français de Mayotte, Orange Madagascar, Les Brasseries Star (THB) et tous ses partenaires qui ont soutenu le DONIA 2014 (Andilana Beach, Le Louvre, Compagnie Vizar, Le Palm Beach, La Jirama, le Royal Beach, Le Madiro Hôtel et JBE Mizik).

Le COFESTIN remercie tous ceux qui ont fait de ce « Donia de crise » un beau Donia, tous ceux qui ont travaillé, avec le cœur, du plus important au plus modeste.

Vive le Donia, rendez-vous pour le Donia 2015 !

LE COFESTIN