festivale donia

festivale de donia

DONIA 2002 – 9ème édition

Une édition très difficile…
Cette année 2002 a été placée sous le signe de la difficulté pour le Donia.
La grave crise qu’a traversé la grande île et qui a paralysé son économie et son fonctionnement pendant huit mois a, entre autre, obligé le COFESTIN (comité d’organisation du festival de Nosy Bé) à reporter la date de la 9ème édition. L’ajournement a été décidé en avril, pour l’édition prévue normalement, comme chaque année, le week-end de pentecôte (week-end de trois jours).
Une fois la situation revenue à une normale acceptable, les nouvelles dates ont été fixées au 07, 08, 09 et 10 novembre. Les plans de vols des artistes extérieurs arrêtés (Comores, Maurice, Réunion, Seychelles…), les billets commandés et payés avec l’aide de la COI. Douze jours avant le festival, pour des raisons de sécurité, tous les vols internationaux arrivant directement en province, donc à Nosy Bé, sont supprimés. Tous les vols internationaux doivent passer par Antananarivo. Ceci a obligé le COFESTIN à revoir ses plans de vols, et a en annuler un (l’île Maurice), par défaut de place Antananarivo / Nosy Bé, ou par surcoût trop important.
Traversant une crise que tout le monde connaît, un partenaire fidèle très important pour le Donia n’a pas pu suivre cette année : Air Madagascar. Ceci a nettement compliqué l’acheminement à Nosy Bé des artistes du centre ou du sud. Tous ont été regroupés à Antananarivo et transporté jusqu’à Majunga en bus puis à Nosy Bé en Bateau.
Le contexte socio économique de Nosy Bé est très morose. La grande majorité des personnels vivant du touriste (première ressource de l’île) sont au chomage technique et les employés de l’industrie sucrière (deuxième ressource de l’île) sont sans salaire depuis dix mois.
Même le mauvais temps s’est invité. Le premier soir, un orage très important s’est abattu sur Nosy Bé, avec un gros coup de foudre qui a endommagé complètement la table lumière. Puis une dépression tropicale s’est installé pour les deux jours suivant.
C’est donc devant un public certes enthousiaste et motivé, mais beaucoup moins nombreux que les autres années et sous les parapluies, qu’a eu lieu le Donia 2002.
Le Donia est encore passé, en dehors de l’absence de l’île Maurice, le programme a été respecté et c’est du point de vue artistique un édition très réussie. Les rythmes traditionnels et actuels de tout Madagascar, des Comores et de la Réunion se sont enchaînés durant les trois jours de programmation.
Avant le festival, a eu lieu la finale du concours de Salegy, qui s’est déroulée à Ambanja, sur la grande terre, le 02 novembre. Ce concours est devenu une institution du Donia. Tous les ans, le COFESTIN donne sa chance aux groupes de Salegy du nord. Quatorze groupes, présélectionnés auparavant dans tout le nord de Madagascar se sont retrouvé au stade d’Ambanja, devant le jury qui avait la difficile tache de choisir les trois premiers. Ces trois lauréats sont d’office programmés pour le Donia, sur la grande scène (voir la liste des concurrent).
Le jeudi 07 novembre, le carnaval, bien que moins important que d’habitude, a été particulièrement réussi au niveau des costumes et des chars. Bon nombre d’entreprise ou d’hôtel qui y participe traditionnellement sont fermés actuellement, mais ceux qui reste ont fait un sérieux effort pour que le carnaval soit digne de ce nom. A suivi la cérémonie d’ouverture au stade, et le bal d’ouverture au Gymnase de Hell Ville. Bal animé par Doc JB, dans une ambiance très très chaude et très tard dans la nuit.
Les activités sportives n’ont pas été oubliées cette année : Marathon, courses de VTT et surtout une grande nouveauté qui a remporté un très gros succès, le moto cross. Près de cinq mille personnes très enthousiastes et difficilement contenues ont applaudi les stars du cross de la Réunion et de France.
Une région à été mise en avant pour cette édition, et ce sera maintenant le cas chaque année. Pour la 9ème édition, c’est la Région de Fort Dauphin qui a été choisi. Un stand d’artisanat et de présentation a été installé au stade. Le groupe Hazolay représentait Fort Dauphin sur scène.