festivale donia

festivale de donia

Le Donia 2009 s’est déroulé du 21 au 31 mai 2009.

Festival Donia 2009

      Un bilan encourageant pour la 16é édition

      La clôture de la 16é édition du festival Donia s’est déroulée avec faste et le Cofestin (comité d’organisation du festival) ne semble pas mécontent du bilan final malgré une préparation difficile pour plusieurs raisons dues à une ambiance économique et sociale fragilisée par les remous politiques

Un festival qui se nationalise

     Né à Nosy Be il y a 16 ans, le festival Donia se colporte maintenant sur plusieurs étapes depuis maintenant trois ans (Antananarivo, Maevatanana, Antsohihy, Ambanja, Antsiranana et Nosy Be). Lors de la cérémonie officielle d’ouverture qui s’est déroulé à Nosy be le 27 mai dernier, l’actuel président du Cofestin Sana Vincenzo a émis l’éventualité d’un rayonnement plus large sur le plan national  du festival qui pourrait connaître dans les années à venir, une scéne à Toamasina voire même à Toliara. Mais en attendant ces temps meilleurs, les paris ont été tenus tant sur le volet musical que social.

Des chiffres révélateurs

     Antananarivo aura connu la plus faible affluence avec un faible public pour la soirée de lancement de la caravane à Mahamasina. Le public Tananarivien n ‘étant pas encore familier avec le festival. Paradoxalement, l’étape suivante Antsiranana qui en est à sa première édition aura connu une meilleure affluence (4 000 personnes la première soirée et 7 000 pour la deuxième).

    La plus forte affluence demeure Nosy Be. Les quatre concerts des 28, 29, 30 et 31 mai ont connu 42 000 entrées payantes dont 5 000 enfants (sans compter les très nombreuses entrées gratuites, et… les resquilleurs !).
L’après midi récréative du 30 mai a réuni prés de 5 000 enfants au stade d’Ambodivonio..
Le Carnaval à réuni environ 20 000 spectateurs, tout au long de son parcours
Sans compter, le Moto Cross, les diverses manifestations…

Une programmation multinationale

      Tous les concerts à Nosy be se sont fait un devoir de commencer par des groupes locaux garant des traditions locales. Même si leur prestation n’a pas connu le succès mérité surtout auprès des jeunes, avec les têtes d’affiches du salegy tel que Wawa ou Fandrama, les groupes ont su résumer à leur manière les racines et le devenir de la musique dans la région nord de Madagascar. La présence de Lianah, Tovo’Jay et Melky entre autres ont apporté la touche réunificatrice qui uni tous ces artistes sous la même bannière musicale. Les musiques du monde ont été interprétées par des musiciens tant nationaux qu’internationaux (Tirat et Rouge Reggae ou Firmin Viry de La Réunion, Parata & Beto Kalulu du Portugal, Rity Baco de Mayotte et Eliasse des Comores)

Un festival à moult facettes

 Pour sure, le festival Donia est avant tout un festival de musiques. Avec le temps, il s’est bonifié et s’est doté d’un volet social, environnemental et sportif. Le volet social a participé à sa façon à la lutte contre le VIH sida en proposant des dépistages gratuits à toutes les étapes depuis Antsirananana. En 72H, 168 volontaires sont venus se présenter spontanément et un cas de Sida aurait été relevé. Sur le plan environnemental, le Donia a servi de plate-forme d’échanges et le Cofestin s’est fait le promoteur de zones à découvrir et des moyens mis en place pour préserver au mieux le paradis vert et bleu de Nosy Be.

Vive le Donia ! Rendez vous en 2010 !