festivale donia

festivale de donia

Les articles de presse avant le Donia 2002

Les articles de l’Express de Madagascar et de Mada On Line avant la 9ème édition

 

Extrait de l’express de Madagascar du 05 août

Festival Donia 2002
Prévu initialement du 30 octobre au 1er novembre, le festival Donia 2002 est déplacé du 8 au 10 novembre. C’est une décision prise par les membres du Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be), réunis dimanche 28 juillet dernier sur l’île aux parfums. Ce nouvel ajournement est dû au fait que, perçu comme la fête de la vie, le festival qui en est cette année à sa 8E édition, ne peut pas s’accommoder du 1er novembre, date traditionnellement réservée à Madagascar comme partout ailleurs à la fête des Morts.
Contrairement aux précédentes éditions qui se déroulaient sur 4 soirées consécutives au stade d’Ambodivoanio, Donia 2002 va devoir se contenter de 3 dates pour les spectacles en nocturne : le vendredi 8 novembre, le samedi 9 novembre et le dimanche 10 novembre. Conjoncture oblige ! En revanche, l’ouverture officielle du festival, suivie de 2 bals en simultané : le premier au Foyer de la Sirama Dzamandzar, le second au gymnase couvert de Hell-ville, aura lieu le jeudi 7 novembre. « Le traditionnel carnaval, qui marque le coup d’envoi des festivités festivalières à proprement parler, est prévu l’après-midi du vendredi 8 novembre après-midi. Le samedi 9 novembre sera réservé à la Journée de l’Enfant », précise Sana Vincenzo, 1er vice-président du Cofestin.

Steve Maniry

Extrait de l’Express de Madagascar du 05 septembre

Festival Donia 2002 – Rendez-vous les 7,8,9 et 10 novembre
Compte tenu de la récente conjoncture post-électorale, ce grand rendez-vous culturel et musical de l’océan Indien ne pouvait être tenu dans la deuxième moitié de la semaine de la Pentecôte : son calendrier annuel et traditionnel. Affichant la même détermination qu’aux premières heures du festival, ses organisateurs ont opté pour un report de dates, plutôt qu’une année blanche, musicalement s’entend. Mieux vaut tard que jamais ! D’autant plus que l’île de Nosy Be sans Donia verrait ses parfums profondément atténués !
Peut-on parler de Nosy Be sans le festival Donia et inversement ? Le tableau festif, euphorique et mélodique de l’immense carrefour culturel et musical de l’océan Indien s’est merveilleusement imbriquée dans l’image paradisiaque de l’île aux parfums, une des destinations touristiques les plus courues et les appréciées de Madagascar. A la manière des tuiles d’un toit. Sans l’un comme sans l’autre, le cliché général et final serait incomplet, dénaturé, déformé.
Depuis 1993, année de création du festival , à mettre naturellement à l’actif du Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be), Donia n’a eu de cesse de faire vibrer le coeur de la population de l’île aux parfums. Cette année, le festival est vieux de 9 ans d’âge. De près d’une décennie, durant laquelle sa réputation s’est solidement bâtie sur la bonne volonté et la crédibilité sans faille de ses créateurs et organisateurs. Au fil des années et des éditions, Donia est devenu le plus important rendez-vous culturel et musical de l’océan indien. A preuve, il est l’unique festival dans la région à enregistrer, à chaque édition, 60 000 entrées pour les 4 soirées-spectacle. Il est parmi les rares festivals à être organisé annuellement et sans aucun rendez-vous manqué durant près d’une décennie d’existence. Sa longévité, gratifiée d’une notoriété grandissante (du simple festival de Nosy Be au carrefour musical de l’océan Indien), grâce à l’abnégation et à la persévérance des membres actifs du Cofestin, est le signe incontesté d’une maturité menée à terme et d’un professionnalisme exacerbé.

Donia synonyme de fête de la vie
Le festival Donia est synonyme de fête, celle qui célèbre la vie, plus particulièrement la joie de vivre. Les quatre jours et quatre nuits, durant lesquels le festival bat son plein, l’île de Nosy Be semble entrer en transe, dans une commune élévation musicale. Comme à la traditionnelle célébration de l’office religieux de dimanche, le festival suit rigoureusement des règles et étapes bien précises. Après une cérémonie solennelle d’ouverture, en présence des autorités administratives, locales et nationales, la grand carnaval, auquel participent toutes les forces vives nosybéennes (hôteliers, restaurateurs, élèves du primaire et du secondaire, employés des sociétés d’Etat et privées, membres de diverses associations, etc.), ouvre la grande porte menant tout droit vers le vaste champ de festivités. Dans la rue principale de Hell-Ville, les carnavaliers, pour la plupart déguisés, défilent dans un tintamarre de musique, de chant et de danse. Le tout accompagné de battements de mains et d’une forte dose de « kaoïtry ».
Au stade d’Ambodivoanio se tiennent tous les soirs les concerts de musique. Bref le festival à proprement parler. Sur la gigantesque scène se succèdent, durant 4 soirées consécutives, de 20h à 3h du matin, plusieurs formations musicales. Des moins connues aux plus célèbres. Des artistes locaux aux vedettes nationales, en passant par les chanteurs et groupes connus et appréciés dans les îles sœurs (La Réunion, Maurice, Les Seychelles, Mayotte). Dans l’enceinte du stade, une bonne partie est occupée par des stands où l’on peut boire et manger des brochettes, sans perdre de vue le spectacle offert au devant de la scène.
Folle ambiance
Cette folle ambiance, le Tout-Nosy Be n’en sera pas privé cette année. Car Donia 2002 aura lieu du 7 au 10 novembre prochain. Avec le slogan « Unité et solidarité pour le développement ». La finale du traditionnel concours de salegy se tiendra le 2 novembre à l’hôtel Palmanova d’Ambanja. « Les trois groupes sélectionnés pourront participer au festival. Le troisième sera programmé le vendredi 8 novembre, le deuxième le samedi 9 novembre et le premier clôtura le festival le dimanche 10 novembre », précise Sana Vincenzo, vice-président du Cofestin. Pour cette 9 édition, la Coi (Commission de l’océan Indien) reste la principal sponsor. Elle est rejointe par Total, la société pétrolière. « On attend encore la réponse d’Air Madagascar pour le sponsoring. En revanche, la Star se montre très motivée », ajoute-t-il. Rta est fidèle au poste, celui de l’éternel partenaire de Donia. Alors, Donia 2002 promet d’être aussi explosif et chaud que les autres éditions précédentes.

PROGRAMME
Jeudi 7 novembre
11 h 30 : ouverture officielle dans un grand hôtel de Nosy Be
14 h 30 : carnaval
16 h 00 : discours au Stade d’Ambodivoanio
21 h 00 : Bal d’ouverture au Gymnase couvert de Hell-Ville
21 h 00 : Bal d’ouverture au Foyer de la Sirama Dzamadzar
Vendredi 8 novembre :
Matin : compétition de moto cross
De 20 h à 2 h du matin : spectacle au stade d’Ambodivoanio
Samedi 9 novembre :
Après-midi : spectacle pour enfants normalement financé par l’Unicef
De 20 h à 2 h du matin : spectacle au stade d’Ambodivoanio
Dimanche 10 novembre :
Matin : Compétion de marrathon
De 20 h à 3 h du matin : spectacle de clôture au stade d’Ambodivoanio

Ndlr : Ce programme n’est pas exhaustif et détaillé car les contrats avec les artistes participants sont en cours de finalisation.

Steve Maniry

Festival Donia 2002
Les préparatifs de la 9e édition du festival Donia, prévue se tenir les 7, 8, 9, 10 novembre 2002 à Nosy Be, vont bon train. Les membres du Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be) font des pieds et des mains pour parfaire le déroulement de ce grand rendez-vous culturel et musical de l’océan Indien. A preuve la programmation musicale est déjà arrêtée et définie à près d’un mois de la tenue du festival. Comme tête d’affiche, par exemple, il y aura l’enfant terrible du dombolo à la sauce malgache, Toto Mwandjani, le groupe Asco Music de Toliara, spécialiste du tsapiky torride, et les humoristes les plus en vue, Gothlieb, Francis Turbo et les Fou Hehy (« Kakakakakaïamba »). A eux, se joindra la sélection nationale : Akon’i Mania, Hazolahy, Teta, et des artistes régionaux, locaux, ainsi que le tiercé gagnant du concours de salegy dont la finale doit avoir lieu début novembre à Ambanja. On signale également la participation des groupes en provenance de la Réunion, de Maurice et des Comores.
Dans cette heureuse entreprise, le Cofestin continue de bénéficier de divers soutiens : la Star, l’Etemad et les hôteliers de Nosy Be en sont les sponsors officiels ; la Bni-Clm, la Btm-Boa, Psi Madagascar, etc., en sont aussi les sponsors ; la Coi, l’Unicef, Total, l’Ortm, Rta, (Air Madagascar est en cours d’être négocié) en sont les partenaires. Ainsi, Donia 2002 sera aussi grandiose que les éditions précédentes.

Article du 10/10/2002

Donia 2002
La programmation de la 9e édition du festival Donia qui se tiendra les 7, 8, 9, 10 novembre à l’île de Nosy Be, est définitivement arrêtée et connue. Elle est riche et variée avec la volonté prononcée de rechercher de la représentativité locale, provinciale, nationale et régionale (océan Indien). C’est ce qui s’est révélé, lors de la conférence de presse organisée hier au Ccac par le Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be) représenté, durant la rencontre avec la presse, par son président Alain Soumoudronga et son secrétaire-général, Jean-Louis Salles.
Les têtes d’affiche nationales sont en fait Toto Mwandjani, roi incontesté du dombolo à la sauce malgache et meilleure vente d’albums chez Mars en 2001, puis Asco Music, le groupe tuléarois, connu et apprécié pour son tsapiky à vous couper le souffle, enfin les amuseurs publics les plus en vue de l’heure, Gothlieb, Francis Turbo et les Fou Hehy, tous regroupés dans le spectacle « Kakakakakaïamba ». De la musique assaisonnée avec de l’humour.
Participation de la Réunion, de Maurice et des Comores
Les îles-soeurs seront, comme à chaque édition, au rendez-vous. Ce qui fait davantage du festival Donia l’immense carrefour culturel et musical de l’océan Indien. Pour l’île de la Réunion, Apolonia est appelé à faire découvrir la beauté musicale créole. Le séga mauricien fera détonner la scène du festival avec Alain Ramanissun. Les Comores répondront présentes avec Cheikh MC, un chanteur de rap à la mode comorienne.
Ce n’est pas tout. La sélection nationale, retenue pour les trois soirées-spectacle au stade d’Ambodivoanio de l’île aux parfums, comprendra le groupe Hazolaht de Fort-Dauphin, Teta/Jean Emilien de Toliara et le groupe Akon’i Mania d’Ambositra. A eux se joindront des artistes de la région nord : Jaomaro, un accordéoniste en provenance d’Antsohihy ; Etienne, un autre accordéoniste d’Ambanja ; Risiky, un groupe de Diégo-ville. La musique traditionnelle est ainsi à l’honneur. Les deux premiers gagnants (lauréat et deuxième place) du concours de salegy, dont la finale aura lieu le 2 novembre à Ambanja, complèteront la liste des artistes participants. La clôture de la 9e édition du festival Donia revient en tout honneur au groupe Malagasy Misôma de la Sava, lauréat du concours de salegy 2001.
Promotion culturelle et touristique de Fort-Dauphin
Ayant choisi le thème « Unité et solidarité pour le développement », Donia 2002, se décide à mettre en valeur – c’est une nouveauté dans sa programmation – la région de Fort-Dauphin à travers sa musique (le groupe Hazolahy), sa culture, son artisanat et ses possibilités touristiques. A cet effet, un plateau (stand et animation) sera créé. « Dorénavant, le festival se propose de promouvoir une région bien définie, et pour la 9e édition, on a choisi Fort-Dauphin », a précisé le président du Cofestin. L’autre nouveauté ? L’installation de l’écran géant près de la scène, qui projettera en direct et en simultané le spectacle.
Womex
De par sa pérénnité (9 éditions sans aucun décalage ni interruption) et l’important nombre de ses spectateurs (60 000 pour les quatre soirées-spectacle au stade d’Ambodivoanio), Donia s’impose comme le plus grand festival de l’océan Indien.

Steve Maniry

 

Donia : toujours prometteur malgré les reports.
Par Misa Irodia, le 22/10/2002

Initialement et traditionnellement programmé pour les mois de mai, le festival régional Donia aura bien lieu, du 7 au 10 novembre prochain, avec comme thème « solidarité et unité ».

Donia accuse 5 mois de retard, étant programmé d’habitude les week-end de Pentecôte, c’est-à-dire au mois de mai. La récente crise traversée par le pays en est le principal coupable, ayant obligé le Comité d’organisation du Festival de Nosy-be à reporter la 9e édition de Donia. Les dates retenues furent alors celles du 30 octobre au 1er novembre 2002, mais ces dates ont encore dû être retardées, Donia, la fête de la vie rimant mal avec le 1er novembre, dédié aux morts.

Aujourd’hui, au plus grand soulagement du public, c’est officiel : le festival musico-culturel de l’Océan Indien ouvrira officiellement ses portes le jeudi 7 novembre prochain par un carnaval et deux bals d’ouverture à Hell Ville et à Dzamandzar. Le samedi 9 sera consacré Journée des enfants. Trois soirées consécutives auront ainsi lieu au stade d’Ambodivoanio ; activités sportives, concerts et manifestations culturelles se succèderont.

Des artistes malgaches de renom se produiront, tels Toto Mwanjany ou le dombolo à la sauce malagasy ; kakakaka kaiamba regroupant une poignée d’humoristes qui revisite des rythmes venus de la côte est ; ou encore Asco Music de Tuléar. Des artistes traditionnels moins connus venant des quatre coins de Mada pourront également saisir leur chance : Jaomaro d’Antsoihy, Hazolahy de la région Ford Dauphin, Teta de la tribu Mahafaly entre autres. La vocation régionale du festival n’est pas remise en cause, puisque des groupes venant des îles soeurs seront également de la fête : les Comores seront représentées par le groupe de rap Cheick MC, le séga mauricien et réunionnais respectivement par le groupe Ravanna et Apolonia.

La nouveauté pour cette 9e édition de Donia dans l’île aux parfums, la ville de Fort-Dauphin sera mise à l’honneur par ses artistes, son folklore, son peuple et sa culture.

Donia reste le plus grand festival de l’Océan Indien, quelques 60.000 spectateurs en moyenne furent drainés pendant les précédentes éditions. La qualité de l’organisation permettra sans doute un succès identique, sinon plus grand.