festivale donia

festivale de donia

Les articles de presse avant le festival 2006

Tribune du mercredi 03 mai 2006

Festival « Donia 2006 » à Nosy be

Litiges entre le Cofestin et la COI

Le festival Donia est avant tout une histoire d’une folle passion de quelques amis, tous, opérateurs touristiques et économique de Nosy be. Ils ont créé le Cofestin (Comité d’Organisation du Festival de Nosy Bé) dans le but d’organiser un festival de musique d’où la naissance du premier « Donia » en 1994.

« Alefa misôma ! » Voici maintenant plus de dix ans que le Donia a pu se tenir dans l’île aux parfums.

Des artistes de tout l’Océan Indien sont venus s’y produire, sur une scène maintenant digne de ce nom, bâtie en dur et couverte (après le Donia 1999), avec une sono professionnelle de 80kw, et près de 100kw de lumière. Depuis sa création, le Donia est couvert par une presse et des médias de plus en plus nombreux chaque année (Presse de Madagascar, La Réunion, France, Afrique du sud… Télévisions de France, Madagascar et Afrique du sud, avec de nombreuses redistributions de programme sur l’Europe, l’Océan Indien et l’Afrique).

Donia, un festival très contrasté…

Le Donia 2005 a été vraiment particulier et exceptionnel ! Exceptionnel dans la réussite de l’organisation et de la programmation.

Exceptionnel dans le contraste humain qu’ont vécu tous les membres du Cofestin et tous ceux venus les aider, entre douleur, satisfaction, colère, etc… Tant de sentiments mêlés très difficiles à gérer dans l’action, tant d’envie de recueillement et de calme et d’obligation de continuer cette gigantesque machine lancée…

A préciser : les accidents graves survenus, les annulations du fait de la coupure d’électricité, les annulations du fait des défauts de transports aériens de dernière minute, sont totalement indépendants de l’organisation.

On peut dire que le Cofestin a vraiment joué de malchance en cette douzième édition.

Et on peut enfin dire sans hésitation que les organisateurs du Donia n’ont pas failli, qu’ils ont relevé le défi de l’organisation de ce grand festival avec des délais très courts et aucune trésorerie avant le festival. C’est le point fort du festival.

A la dernière minute, la Commission de l’Océan Indien (COI) a décidé de baptiser Donia, le festival de l’Océan indien en promettant un financement de 130 000 Euros. Comme dans toutes les procédures de déblocage de financement, une partie de la somme s’élevant à 100 000 Euros a été versée au Cofestin. Les 30 000 restant doivent faire l’objet d’un reliquat après présentation de pièce justificative, selon l’ancienne équipe de la COI.

Après avoir suivi les procédures nécessaires à l’obtention du reste du financement, le Cofestin s’est vu refusé le paiement de la somme prévue.

En effet, la nouvelle équipe de la COI a eu comme motif de ne pouvoir donner suite à la demande du Cofestin due à la nouvelle infrastructure concernant l’hygiène qui n’était pas dans la clause. Ce qui a provoqué une surprise totale du côté des organisateurs du festival.

Normalement, avant l’obtention du financement, tout a été bien clair et qu’un article stimule bien la condition de la mise en place d’une infrastructure pour l’hygiène dans l’intérieur du stade d’Ambodivoanio. « On se demande d’ailleurs, comment vivre une ambiance de fête dans une saleté pareille », s’est acclamé le Secrétaire Général du Cofestin Jean Louis Salles.

Des appels ont été déjà lancés auprès les autorités compétentes, que ce soit au pays ou à l’étranger, pour une quelconque intervention dans cette histoire. « Heureusement que le Ministère de tutelle a été toujours derrière nous sinon on serait déjà sur le point d’annuler le Donia 2006 ».

Quoi qu’il en soit, comme on l’a déjà annoncé, le festival Donia 13e édition de cette année se tiendra toujours avec ou sans l’aide de la COI mais avec des dépenses très restreintes selon les propres moyens des membres du Cofestin. Le rendez-vous est pris pour le 31mai jusqu’au 4 juin 2006 prochain. Plusieurs artistes seront au programme tels le « King Jaojoby », Dr JB, Rah chicky, Kiltir de la réunion, ou encore le trio Mayotte. Sans parler de la tenue du 4e championnat du moto cross, comme à l’accoutumée.

Par contre, l’avenir reste encore flou quant à la continuité de ce grand événement de l’océan indien. La balle est dans le camp de la COI.

 

Les Nouvelles du mercredi 03 mais 2006

CULTURE

La COI doit 30.000 euros au festival Donia

Il y a 12 ans, le festival Donia voit le jour. Au fil des années il prit de plus en plus d’envergure et de place dans l’activité culturelle de la région de l’océan Indien. Cette année, pour la 13e édition, les organisateurs tâcheront de faire de cet événement un des plus grandioses comme l’ont été les précédents. Aperçu.

Pour la 13ème année consécutive le Festival Donia fera parler de lui. Avec un nouveau president, Paolo Attanasio, de “Memo Market” de Dzamandzar, à sa tête, le Comité d’organisation du festival de Nosy-Be (Cofestin) prévoit de donner la même envergure à cet événement, devenu un des plus grands festivals de l’océan Indien. Du 31 mai au 4 juin, la ville de Nosy Be recevra les artistes de divers horizons.

Avec un rajeunissement et une nouvelle dynamisation des membres du comité organisateur, le festival connaîtra sûrement les mêmes influences. Cette 13e édition restera fidèle à l’esprit des précédentes et renforcera la synergie entre la culture et le tourisme. Pour cette année Mayotte sera l’invitée d’honneur. Les artistes locaux et étrangers se chargeront de faire de ce festival un événement culturel et touristique spectaculaire pour la promotion de la région de l’océan Indien.

Ce 13e volet verra la participation, entre autres, de Jaojoby, Sylange Kilalaka, Terakaly, Rah-Chiky, Dedesse et Abdou Day. D’autres noms pourront s’ajouter à la liste. Les artistes des îles voisines et de l’Europe ne manqueront pas. Deszo, un rapper d’Allemagne viendra partager ses experiences en matière de jeux scéniques, et autres sujets relevant du rap. Les groupes réunionnais Kiltir, Destin seront également présents ainsi que Trio, de Mayotte, et un adepte du zouk et de la biguine, Patrick Jeannette, résidant à Marseille.

Malgré quelques problèmes techniques et financiers rencontrés au niveau de la Commission de l’océan Indien (COI), le Cofestin a tenu à maintenir le festival Donia. L’année dernière, la COI a accepté de financer le festival à hauteur de de 130.000 euros. 100.000 euros a été débloqué à 10 jours de l’ouverture. Il reste donc 30.000 euros que, curieusement, la nouvelle équipe de la COI, refuse d’honorer jusqu’à present, compromettant la survie du festival. Dans le souci de pérenniser l’événement pourtant, le Cofestin s’est allié à diverses entités pour l’aider. Le Cofestin travaille en étroite collaboration avec le ministère du Tourisme et de la culture et plusieurs entreprises ou personnes individuelles. Cette entité tient à préciser que le festival Donia reste un événement qui appartient à la population malgache pour une promotion culturelle et touristique dans la région de l’océan Indien, mais qu’elle se charge juste de l’organiser et de la perdurer.

Abdou Day, le chaînon manquant entre le reggae malgache et Bob Marley

Les éditions du festival se suivent, mais ne se ressemblent pas. Cette année, le festival réserve quelques bonnes surprises et autres découvertes. Relevons le rapper Deszo, mais également le grand retour de Mily Clément, la présence pour la première fois de Sylange Kilakaka, mode oblige, et de Terakaly, et le retour de Rah-Ckiky que le public de Donia a promené à bout de bras en 2003 à travers le stade. Mais il y aura surtout la présence d’Abdou Day, authentique rasta originaire d’Antsiranana, où il a grandi avant de partir s’installer en France.

Abdou Day constitue un pont entre le reggae malgache et Bob Marley. Sa sœur est la femme de Tyrone Downie, celui qui jouait du clavier au sein des Wailers. Ceci dit, la principale qualité d’Abdou Day est ailleurs. Il se situe dans sa qualité d’artiste proprement-dit, un artisan de l’art si l’on veut, qui crée, produit et vend lui-même ses produits. Son album Libre inclut naturellement la participation de Tyrone Downie, mais également de Lego (Jaoranary) et de Brahim (Myster Musique).

Abdou Day ne s’est jamais produit au pays qu’il a juste visité, il y a deux ans, pour enterrer son père. Il reviendra donc pour une raison moins triste, sa passion : la musique.

Randy D.

Le programme

  • Mercredi 31 mai : 14h 30, Carnaval.
  • Jeudi 1er juin : G-Scholar, Deszo, Romazava Tsy Vakiny, Kiltir, Mily Clément et Jaojoby.
  • Vendredi : Am’psy…Dyh Clan, Trio Mayotte, Abdou Day, Sylange Kilalaka et Terakaly.
  • Samedi 2 juin : 10h, Course VTT. 14h 30, spectacle enfants. 20h 30, La Voile, Antsa Gasy Maventi, Destin (La Réunion), Rah-Ckiky et Latoto.
  • Dimanche 4 juin : 15h, 4è championnat moto cross. 20h 30, RNJ, Dédesse, Patrick Jeannette, Dr JB.

 

La Gazette de la Grande Ile du 03 mai 2006

 

Donia 2006 :30.000 euros sinon…

Faly R.

03-05-2006

Comme à l’accoutumée depuis 15 ans actuellement, Donia, le festival international qui rehausse la culture malgache et la présente aux yeux du monde entier se tiendra normalement du mercredi 31 mai au dimanche 4 juin 2006 à Nosy Be.

Seulement, l’année dernière les organisateurs ont été supportés par la COI avec une aide de plus de 100.000 euros. Mais cette fois ci, il y a un grand problème car la COI qui a promis 30.000 euros de plus pour cette année, s’est désistée au dernier moment. Du coup, le comité d’organisation se trouve une fois de plus dans de beaux draps.

En tout cas, ils ont dit qu’ils essayeront de faire de leur mieux pour cette année, qu’il y ait ces 30.000 euros ou pas. Mais pour l’année prochaine, l’évènement culturel risquerait fort bien de ne plus se tenir. Normalement, au programme, il y aura le fameux carnaval d’ouverture, suivi des discours officiels au stade et enfin du fameux cocktail officiel au Vanila Hôtel. Côté artistes, ils seront bien nombreux pour ne citer que Am’Psy .. Dyh Clan, Deszo, Romazava Vakiny, Kiltir de La Réunion, Jaojoby, G-Scholar, Trio Mayotte, Abdou Day, Sylange Kilalaka, Terakaly, Antsa Gasy Maventi, Destin de La Réunion, Rah Chiki, Latoto, Dedesse, Patrick Jeannette et enfin Mily Clément et Dr JB.

Des jeux nautiques, des courses de VTT et enfin le quatrième championnat de Donia en moto-cross seront également organisés. Nous ne voulons pas revenir en arrière, mais rappelons que ce n’est pas la première fois que les organisateurs de Donia rencontrent pareil problème. En effet, il y a deux années de cela, Donia a également déjà été confronté à un problème semblable où il fallait trouver impérativement 200 millions de francs malagasy pour que l’évènement ait lieu. Heureusement, le festival s’est toujours tenu et espérons qu’il soit réellement pérenne car sans Donia, le tourisme malgache perdra de nombreux clients.

Article du Quotidien, publié sur Wanadoo Madagascar le 03 mai 2006

 

Donia, festival de l’Océan Indien. A défaut d’une subvention de la Coi, son avenir serait compromis

03-05-2006 / 13:31

Donia arrive à sa 13e édition et voilà que les problèmes du passé ressurgissent…

Pour sa 13è édition, le Donia donnera plus de place aux artistes nationaux

 

Après une édition réussie et qui reste dans les annales de tous les festivals de l’Océan Indien, Donia, fraîchement labellisé Festival de l’Océan Indien, risque de vivre la dernière édition de son histoire.

Selon les membres du Cofestin, la Coi ne participera pas à l’organisation et Donia, qui est devenu le rendez-vous culturel incontournable de l’Océan Indien se trouve obligé de s’autofinancer pour tenter de tenir, peut-être, une dernière édition de ce grand festival de Nosy-Be.

Rappelons que Donia a été né de la volonté des opérateurs économiques de Nosy-Be à promouvoir à la fois la culture et le tourisme de ce coin paradisiaque du pays perdu dans le far west du pays.

Au fil de ces 13 années d’existence, Donia a connu ses heures de gloire ainsi que ses moments d’adversité. Cette année, le festival Donia 2006 n’aurait pas pu avoir lieu, seulement le Cofestin ne s’est pas laissé dépasser par les événements, a retroussé les manches pour donner une chance à ce grand rendez-vous culturel de la Grande Ile et de l’Océan Indien.

Donia aura lieu cette année avec moins d’artistes certes que l’année dernière mais avec la même ardeur et le même esprit : celui de la promotion de la culture et du tourisme dans cette région.

Une programmation restreinte mais très variée

Du hip hop au salegy en passant par le kilalaky ou encore le maloya sans oublier la musique mahoraise, la scène de Donia 2006 fera certainement, encore une fois, vibrer plus que jamais la population nosybéenne…

Baptisé Donia, festival culturel et musical de Nosy-Be, l’événement donnera plus de place aux artistes nationaux, sans oublier la présence significative de l’île de la Réunion et de Mayotte qui ne fait qu’intensifier davantage l’ambiance de rencontre et le partage culturel.

Cette année, le festival se tiendra pendant 5 jours avec le légendaire carnaval d’ouverture, suivi de 5 jours de concert…

Diversité et richesse culturelle et musicale à découvrir

Au programme, le hip hop en début de chaque soirée : G-Scholar (Nosy-Be), Am’psy Dyh Clan, Deszo (d’Allemagne), La Voile (Nosy-Be) et R.N.J (Nosy-Be). On annonce également le retour de Mily Clément sur la scène de Donia, le légendaire Jaojoby sera également au concert d’ouverture sans oublier les groupes Kiltir et Destin de La Réunion. Le groupe Trio de Mayotte fera découvrir une autre facette de la musique traditionnelle mahoraise. Des Malgaches de France seront également de la partie (Abdou Day) sans oublier la présence de l’antillais Patrick Jeannette (de Marseille) qui apportera la musique des îles : le zook en particulier.

Par ailleurs, citons Romazava tsy vakiny, Sylange Kilalaka, Antsa Maventi qui sont à découvrir à ce festival de Nosy-Be. Du côté des maîtres de l’animation, retrouvez l’ambiance tropicale des plus explosives avec Tianjama, Dedesse, Terakaly et Docteur J.B.

Notons également la présence de Rah-Ckiky pour sa deuxième participation au festival ainsi que celle de Latoto. Après les Tambours Gasy, c’est au tour de Dama Production de faire découvrir l’art de la percussion…

Du 31 mai au 4 juin 2004, Donia, 13e édition, festival culturel et musical de Nosy-Be promet d’être à la hauteur de toutes les attentes.

Domoina M.

©Le Quotidien

 

Article publié sur le site de Radio Télévision Analamanga (RTA) le 04 mai 2006

Culture : Le Donia, c’est reparti !
jeudi 4 mai 2006.

L’île de Nosy Be s’apprête à vivre au rythme fiévreux du festival de musique Donia. Le Comité d’organisation du festival de Nosy Be, Cofestin, est déterminé à remettre ça…

L’île de Nosy Be s’apprête à vivre au rythme fiévreux du festival de musique Donia. Le Comité d’organisation du festival de Nosy Be, Cofestin, est déterminé à remettre ça pour la 12e année consécutive. Donia 2006 est donc prévu du 31 mai au 4 juin sur l’île aux parfums. 50 milles spectateurs sont attendus au stade d’Ambodivoanio de Hell- ville. En quatre soirées, 25 groupes sont appelés à se succéder sur la grande scène. En tête d’affiche : le roi du salegy Jaojoby, Rah-Ckicki, Terakaly et Docteur JB. Jean Louis Salles, secrétaire-général de Cofestin, détaille le programme : « On a mis l’accent sur les artistes malgaches, les artistes de la Réunion. L’invité d’honneur sera Mayotte cette année. Il y a aussi une ouverture sur l’Europe avec des groupes qui ont des attaches sur Madagascar ou sur les régions de l’océan indien, mais qui n’ont pas l’occasion de venir ici souvent ». Cette année, les organisateurs ont du mal à boucler le budget prévisionnel de 90 millions d’Ariary. Principale raison : la Commission de l’océan Indien, refuse de payer au Cofestin une somme de 30 milles euros. Il s’agit du reliquat d’une subvention de 130 milles euros que la COI s’était engagée à verser en vertue d’une convention signée en avril 2005 avec Cofestin. Cette somme était, en effet, destinée à appuyer financièrement le festival Donia 2005, labelisé, l’année dernière, festival de l’océan Indien.

Jean Louis Salles, est remonté : « On trouve ça frustrant. Il est évident qu’après l’édition 2006 , on fera un point. On est appuyés maintenant par le ministère de tutelle, le ministère de la culture et du tourisme. Le Premier ministre est au courant de la situation. On estime que ce grand festival malgache, qui est un patrimoine culturel malgache, ne peut pas mourir à cause des carences de la COI ». Si cette affaire n’est pas réglée dans la haute sphère politique, les responsables de Cofestin font déjà savoir qu’ils ne lâcheront pas prise, quitte à porter ce dossier devant les tribunaux.

 

 

L’express du 05 mai 2006

Festival – Donia 2006 : budget mini, musique maxi

La présence de Jaojoby, abonné fidèle du Donia, à l’affiche, ne peut que rassurer les mélomanes.

Une bouffée d’oxygène bien éphémère. Tel aura été seulement l’effet de la manne apportée par la Commission de l’océan Indien au fameux festival de Nosy Be, l’an dernier.

Estampillée alors « Festival de l’océan Indien », et fort de 300 millions d’ariary de budget, Donia offrait alors l’affiche la plus fournie de sa jeune existence,et enregistra son plus grand succès (un peu moins de 100 000 tickets d’entrée vendus aux concerts).

Ses premiers vrais drames aussi : la mort de Damien Aupiais, le chanteur du groupe réunionnais Renesens, suite à un accident de voiture ; la mort, encore, de trois personnes lors de bousculades monstres qui se sont produits aux portes du stade d’Amboanio, lors du dernier jour de concert.

Mais tout cela, c’est bien fini. Après une 12ème édition mémorable, Donia redescend sur terre… pour renouer avec ses éternels problèmes, financiers surtout. Car, cette année, plus de festival de l’océan Indien, plus de COI. Et donc, moins de sous.

100 millions ariary : c’est ce qu’a pu réunir, difficilement, le Comité d’Organisation du Festival de Nosy Be, Cofestin pour tout le monde, pour préparer l’édition de cette année, la treizième du nom. Il espère toutefois que les 30 000 euros, arriérés du financement de la précédente édition que lui doit encore la COI, arrivera avant le 31 mai, date de début du festival, jusqu’au 4 juin.

Petit budget.

« Arrêter Donia parce qu’on n’a pas d’argent ? Il n’en est pas question, déclare calmement Paolo Attanasio, président du Cofestin ! Il y va de l’honneur de Nosy Be. Nous continuons ».

Curieusement, l’affiche de cette année ne semble pas trop refléter la réalité de ce budget réduit de tiers. La présence des Jaojoby (plus qu’un habitué, un abonné fidèle à Donia !), Terakaly, Dédesse ou Rah-Ckiky, fait plus que rassurer. Sans compter celle d’Abdou Day, le reggaeman, natif d’Antsiranana, qui mène actuellement une carrière assez singulière en France, puisqu’il est à la fois l’artiste, le producteur et le distributeur de ses propres albums. Quant à la légion étrangère de Donia 2006, elle sera composée, pour ce qui est de la région, de Trio, de Mayotte, de Kiltir et Destin, deux groupes réunionnais.

Mais la grande nouveauté de cette année sera la présence d’artistes venus directement d’Europe, en l’occurrence Deszo, un rappeur allemand, et Patrick Jeannette, un chanteur de zouk résidant à Marseille, en France.

Pour un peu, l’on souhaiterait à Donia de toujours fonctionner avec un petit budget !

Marc Zafitombo

 

L’Express du 06 mai 2006

Questions à … Paolo Attanasio, Président du Comité d’organisation du festival Donia de Nosy Be

  • Sur le plan culturel, que peut-on retenir du Donia, en 13 ans d’existence ?

– Je tiens à vous rappeler qu’au début, en 1994, Donia n’était qu’un petit festival, né de l’initiative d’opérateurs de la place. Au bout de quelques années, il est devenu un grand rendez-vous artistique annuel de Madagascar et de l’océan Indien. Environ 200 artistes de divers horizons s’y côtoient à chaque édition. La carrière de nombreux nationaux a débuté en son sein. Ces artistes ont, maintenant, acquis la réussite sur le plan local, voire international. Donia constitue aussi une importante manifestation de promotion de la culture traditionnelle malgache.

  • Certains sponsors ont retiré petit à petit leur soutien à Donia. Le résultat ne leur donne-t-il pas satisfaction?

– Le résultat de Donia a toujours été positif et satisfaisant pour le Cofestin, organisateur de la manifestation. L’année dernière, lors de la douzième édition, par exemple, nous avons pu vendre plus de 100 000 tickets d’entrée ; malheureusement nous avions à déplorer la perte d’une vie humaine. Par ailleurs, je tiens à remarquer que seul un petit nombre de sponsors nous ont abandonné, la plupart demeurant fidèles à Donia. Parmi eux, je citerais Total et Air Madagascar.

  • Comment expliquez-vous le cas du parrainage de la Commission de l’océan Indien (COI)?

– Le problème avec la COI remonte en 2005, lors de la 12ème édition, baptisée « Festival de l’océan Indien », justement à son nom. Les responsables de cette coopération régionale nous avaient promis un appui financier d’un montant de 130 000 euros. Mais ce n’est qu’à 15 jours de la manifestation qu’une partie de la somme, plus exactement 100 000 euros, a été débloquée. Avec ce budget, le Cofestin a pu bien organiser le festival, assurer la logistique entrant dans le cadre de convention d’aide financière. La COI devait nous verser le reste au bout de huit mois, au plus tard. Mais rien n’est reglé jusqu’à ce jour. Pour payer nos fournisseurs de l’année dernière, nous, les membres du Cofestin, avons été obligés de sortir de l’argent de nos poches.

  • Chaque année, le problème de financement du Donia resurgit …

– C’est exact. Mais comme je vous l’ai dit tantôt, en dépit de ce problème, nous sommes quittes envers nos partenaires. Le Cofestin a toujours payé ses dettes. Quoi qu’il en soit, nous avons toujours gardé la tête haute. Surtout que le festival n’appartient pas seulement au Cofestin mais surtout à Madagascar et à l’océan Indien. Donia ne peut pas disparaître, malgré le mini-budget acquis et obtenu cette année, grâce à l’appui financier du ministère de la Culture et du tourisme.

  • Cette fois-ci, cela ne risque-t-il pas de peser sur le bon déroulement du festival Donia?

– Personnellement, je vous rassure que cela n’altérera pas la qualité du Donia. C’est vrai que nous déprogrammons certaines manifestations comme le festival off. Toutefois, nous gardons l’essentiel. Des artistes des quatre coins du monde arriveront. De grosses pointures nationales seront bien sûr au rendez-vous. Nous pouvons aussi compter sur les artistes locaux et sur la musique traditionnelle. Des manifestations sportives complèteront le programme.

  • L’édition 2006 serait-elle la dernière ?

– Il faut tordre le cou aux rumeurs. Aucune décision officielle n’est prise dans ce sens. D’ailleurs, le Cofestin n’est jamais parvenu à se faire à cette idée. Comme je l’ai toujours expliqué, Donia compte beaucoup, aussi bien pour les Malgaches que pour l’océan Indien. Le Cofestin, en tant que promoteur, fera en sorte pour qu’il se tienne tous les ans.

Propos recueillis par Vavah Rakotoarivonjy

 

ARTICLE DE L’HEBDO DE MADAGASCAR

Par : Hernan Rivelo

Comme de tradition, le Festival Donia se déroule dans la semaine précédant la Pentecôte à Nosy Be. Malgré quelques perturbations d’ordre organisationnel, la treizième édition de ce prestigieux rendez-vous malgache de la musique aura bien lieu, du 31 mai au 4 juin.

Un grand défi à relever cette année. « Oublions les tristes incidents, indépendants de notre volonté, survenus lors de l’édition précédente. Concentrons-nous sur cette 13ème édition qui sera la meilleure! ». Un message tout à fait compréhensible de la part de Jean Louis Sale, membre du Cofestin (Comité d’organisation du festival de Nosy Be). Cet organe qui regroupe quelques opérateurs notoires dans le milieu touristique, a été presque à bout de souffle avant de pouvoir concrétiser la tenue de cette 13 ème édition qui se déroulera du 31 mai au 4 juin.

La COI (Commission de l’océan Indien), principal investisseur de la douzième édition, a abandonné la subvention du festival en cours de route, devant ainsi quelque 30 000 euros d’impayés au Cofestin. Donia 2006 se déroulera grâce aux grands efforts des seuls opérateurs, soutenus par le ministère de la Culture.

Côté spectacle, par rapport à l’année dernière, Donia 2006 recevra moins d’artistes des îles voisines. D’ailleurs Comores, Maurice, Seychelles n’y seront pas représentées. La Réunion sera de la fête avec les groupes de maloya Kiltir et Destin. Tout comme les Mahorais avec le Trio Mayotte. Le rappeur Deszo marquera la présence des Etats-Unis, avec en vue un partage de connaissances dans la culture hip-hop, tandis qu’Abdou Day, le reggaeman malgache évoluant en France, et Patrick Jeanette, une formation de zouk évoluant à Marseille, apporteront quelques parfums de l’Hexagone.

Toutefois, Donia reste en grande partie une scène de promotion à l’intention des artistes malgaches. Quelques nouveaux noms figureront dans la liste: Am’Psy-Dyh Clan, La Voile, RNJ et G-Scholar qui évoluent dans le rap, Romazava Tsy Vakiny (salegy), Antsa Gasy Maventy (musique traditionnelle), Damany Production (groupe de percussionnistes), Sylange Kilalaky (kilalalaky), et Latôto (basesa). Rah-Kicky (chansons à texte) et Terakaly représenteront la génération intermédiaire.

En effet, la grande particularité de Donia 2006 réside dans les retrouvailles avec les vieux loups de la musique salegy. Jaojoby (7ème participation) pour la première soirée musicale, ainsi que Dédesse et Docteur JB (un habitué), pour la dernière. Une manière de confirmer que le salegy demeure le label de Donia. L’année dernière, c’étaient Vaiavy Chila et Wawa qui ont eu l’honneur de la clôture du festival.