festivale donia

festivale de donia

L’EXPRESS DU 14 JUIN 2011

Festival Donia Toujours une liesse populaire Le groupe Fandrama a fait vivre une nuit de « salegy » à la population nosybéenne Envoyer à un ami Envoyer à un ami Imprimer Imprimer Le groupe Fandrama a fait vivre une nuit de « salegy » à la population nosybéenne Au bout des cinq jours de fête, le festival touche à sa fin. Un événement qui continue de marquer l’esprit culturel de toute la région. Le rideau sur le festival Donia 18e édition est tombé, dimanche. Le festival phare de la Grande île a offert une semaine des plus folkloriques pour la population nosybéenne. Le week-end de la Pentecôte était riche en événements à Nosy Be. Le festival a eu lieu pendant sa saison habituelle, la Pentecôte, si la précédente édition s’est tenue en octobre 2010, pour cause d’élections.

Cette année, la fête a été placée sous le thème « Donia misôma ». Il demeure une liesse populaire, une fête de la musique. Le festival a aussi son lot de manifestations qui n’ont rien à envier à celles des autres festivals.

Cinq jours de fête et de musique, c’est ainsi que se résume le festival Donia 18e édition. Les concerts ont commencé vers 20h30 et ne se terminaient que vers 2heures, voire au petit matin. 360 artistes, des 22 groupes malgaches et étrangers, étaient montés sur la scène d’Ambodivoanio, durant ces cinq soirées.

Mais le week-end, surtout le dimanche, les prestations des artistes dépositaires de rythme « salegy » ont été à la hauteur des attentes du public. Toute la population de l’île aux parfums semblait être présente lors de la dernière soirée.

« Nous n’attendions que cette occasion pour danser au rythme du salegy », ont indiqué quelques festivaliers, heureux, des bouteilles de bière dans les mains. Des 19 heures, les gens s’acheminent vers le stade. Les retardataires se ruent vers les revendeurs de billets, dans tous les coins de la ville.

Entrée au Noir

Des festivaliers à l’extérieur du stade font des pieds et des mains pour avoir leur ticket à n’importe quel prix et les spéculations ont commencé à gagner du terrain. « Si vous voulez, je cède le mien à 10 000 ariary », propose un garçon. Nombreux sont ceux qui ont acheté des billets à ce prix au lieu de 5 000 ariary.

Les trois divas locales du « salegy », Nana, Solangizia et Lily ont précédé le roi de « salegy goma » pour terminer en beauté le Donia 2011. Elles ont su faire vibrer le stade d’Ambodivoanio au rythme du « salegy ».

Par ailleurs, Les Comores ont été représentés par Chamsia Sagaf, et le groupe de hip hop Djeff a été le porte parole de Mayotte .

Cette édition a permis au groupe Fandrama de fêter son énième participation au festival. Le stade est en effervescence dès qu’il chante sa première chanson.

Il a incarné la nuit et la fête. Un vrai bal populaire en plein air a pris le relais. Et le public restait là. Stoïque pour « saleguer » jusqu’à la levée du soleil. Mention spéciale pour la chorégraphie réalisée par Bemamy avec le groupe de jeunes Zana-gasy, gagnant du concours de déguisement et de danse.

Parmi les grandes satisfactions de cette édition, on notera Jerry Marcoss, Ambondrona, Dah’Mama, Big Mj et Princio. Ce dernier, une révélation de Donia 2011, a mis en émoi le public d’Ambodivoanio avec son titre phare « Darling ».

Raheriniaina Mardi 14 juin 2011