festivale donia

festivale de donia

Presse 2010

Extraits de presse sur le DONIA 2010 – 17ème édition

 

MIDI MADAGASCAR

Donia : Rendez-vous dans sept mois !
Lundi, 04 Octobre 2010 00:00

Clôture en beauté de la 17e édition de Donia dimanche avec une ambiance d’enfer apportée par la succession des artistes de révélation et des grosses pointures se succédant sur la superbe scène et la sonorisation impeccable au stade d’Ambodivoanio. Les gars d’Ambondrona devenus des habitués de l’Île aux parfums ont fait vibrer les milliers de spectateurs avec leur pop-rock. Fandrama, l’un des artistes les plus attendus, a tiré le rideau tout en donnant le meilleur de lui-même. Oui, les spectateurs se sont éclatés à la manière Donia, étymologiquement, la belle vie ou encore la vie sans soucis, durant les derniers jours. D’ailleurs, le même topo s’est déjà reproduit samedi avec un Rah-Chiki des grands jours et ses chansons à texte bien perçues par Nosy-Be. La star de Fort-Dauphin Rabaza a pris le relais. Sa musique traditionnelle d’Antanosy n’a pu mieux faire que mettre en extase les spectateurs en liesse.

Au point de vue organisationnel, le comité organisateur mérite maintenant un coup de chapeau. Les facteurs de blocages – pour ne citer que la conjoncture actuelle qui rend pratiquement impossible l’association de la plupart des grands partenaires à un événement de taille – sont nombreux pour cette année. « Oui, c’est vrai que l’organisation de cette 17e édition a été la plus difficile depuis la création de Donia. Le contexte politico-économique laisse les sponsors réticents. Mais Donia a eu lieu et je ne peux que tirer chapeau à mes collègues du Cofestin. Et déjà, je vous annonce que la prochaine édition se tiendra l’année prochaine durant les vacances de Pentecôte », explique Vincenzo Sanna, le vice-président du comité organisateur du festival de Nosy Be (Cofestin). Mais revenons un peu aux spectacles eux-mêmes: les deux groupes Oladad et Rabaza, avec la musique atypique, qu’ils ont jouée sont, sans nul doute, les révélations de cette édition Donia. Ils sont à leur première participation mais le public demande déjà à ce qu’ils reviennent pour les plusieurs autres Donia. Et la plus proche sera dans sept mois. Rendez-vous en mai 2011 !

Didi R.

 

Donia : Ambiance électrique malgré le délestage !
Samedi, 02 Octobre 2010 00:00

Shao Boana, Oladad, et Saramba, autrement dit, le dancehall, l’afindrafindrao moderne et le salegy féminin. Ces trois artistes ont enflammé la seconde soirée de Donia avant-hier au stade d’Ambodivoanio. Et c’était une vraie découverte pour le public cosmopolite car Saramba et Oladad en sont à leur première participation. La prestation très chaleureuse de ces artistes donne déjà le ton

quant à l’ambiance des prochains jours où le rythme des Kaoitry, Salegy et autres vont faire vibrer l’Île au parfum. Malgré cette ambiance aussi électrique, le délestage et Dame pluie étaient bien au rendez-vous, au grand dam du public un peu clairsemé mais bien prêt pour la fête. Malgré ce bémol, Shao Boana, Jimmy de Mayotte, Oladad ou la révélation de l’année et Saramba ont assuré pour donner de la joie aux spectateurs du Donia ou la belle vie par excellence. Saramba s’est particulièrement distingué avec Baba et Nicolas Vatomanga à ses côtés. Avec une sono d’enfer, une déco de scène impeccable et une pléiade d’artistes à la mesure de l’événement, il est juste de dire que les organisateurs ont fait de leur mieux pour que Donia demeure une plate-forme culturelle et une Nosy-Be vitrine du tourisme. Tout semblait au point quant à l’organisation hormis le black-out qui a plongé le public dans le noir total, pendant une bonne heure ! Et l’on se demande si la Jirama n’est pas au « courant » de la tenue du Donia pour déroger à cette règle et s’abstenir de délester. On sait que la petite commune a besoin d’électricité allant de 4 300 KWh jour et que la centrale thermique de la Jirama ne peut en fournir que 3 500 KWh. Mais ce n’est ni plus ni moins un prétexte pour gâcher un spectacle déjà inscrit depuis une dizaine d’années comme une culture locale. Entre les artistes et le public, le courant passera toujours même si la Jirama n’est pas

d’humeur « électrique » pour gérer le délestage.

Didi et Toky R.

 

Donia-Sport : Des Italiens parmi les participants
Samedi, 25 Septembre 2010 00:00

 

Treize Italiens participent aux courses de fond durant la semaine sportive du festival culturel de Donia. Et ce n’est qu’un aperçu d’une forte affluence internationale qu’aura cette manifestation. En sport mécanique, on a aussi appris qu’une dizaine de Réunionnais ont déjà débarqué dans l’île aux parfums pour concourir à la compétition moto, l’une des plus attendues dans la discipline sportive de Donia. Pour le sport collectif, entre autres, le tournoi de foot et du basket en est à sa phase finale actuellement. Tana, Mandritsara, Bealanana et Port-Bergé sont respectivement les équipes en lice. La finale en question se tiendra demain selon le Cofestin. C’est dire que le Donia ou « la belle vie » n’est pas seulement que culturel mais aussi et surtout un rendez-vous sportif de plusieurs équipes de la localité environnante. Idem pour le vélo qui a connu une vingtaine de participants. Nosy-Be est déjà en effervescence et la semaine sportive est déjà un avant-goût de la semaine culturelle qui signera son coup d’envoi ce jour. La fin des tournois sportifs et le début des shows! C’est dire que la fête continue à Nosy-Be et la clôture n’est pas pour bientôt.

Baby Rajoelison

 

Donia – 17e édition : Quatre artistes internationaux au rendez-vous !
Vendredi, 10 Septembre 2010 18:48

 

Oui, le festival Donia aura bel et bien lieu, contrairement à une certaine supputation selon laquelle la crise ne favorisera pas l’organisation de ce plus grand événement culturel malgache. Ainsi, le Cofestin a déjà défini le calendrier culturel et sportif de la 17e édition de Donia qui se tiendra du 20 au 27 septembre prochain pour les programmes sportifs et du 30 septembre au 03 octobre pour ceux du domaine culturel. Le tout, évidemment dans l’Ile aux parfums. « Cette année, le festival tombe sur la célébration du 50e anniversaire de l’Indépendance malgache. Donia aura, dans ce sens, la couleur d’une fête nationale » selon le comité d’organisation. Quatre artistes internationaux figurent à l’affiche de Donia. Il s’agit respectivement de Patrik Jeannette (France), de Zion Light (Réunion), de Jean Raymond Cudza (Mayotte) et de Jimmy (Mayotte). Côté malgache, les vedettes du jour seront également au rendez-vous. Pour ne citer que le groupe Oladad et son afindrafindrao moderne, Shao Boana avec son rap refait à la version dance hall ou encore Ambondrona et son pop-rock. Et tenez-vous bien, ce n’est qu’un petit aperçu de Donia 2010 puisque d’autres artistes dont le nombre total s’élève à 21 enflammeront le stade d’Ambodivoanio. S’ajoutent au programme des événements sportifs dont le semi-marathon, les sports collectifs, les sports de vitesse (moto, jet-ski), la pétanque, le morengy, et même les combats de coqs. Comme Donia rime avec fête sans oublier l’essentiel, des campagnes de sensibilisations poussées contre le Sida et le tourisme sexuel feront partie du festival. Last but not least, les 40 000 visiteurs attendus durant cet événement ne manqueront pas de goûter à l’expérience « Donia ».

Didi R./Baby R.

LES NOUVELLES

Antsiranana
17e édition du Donia a failli ne pas avoir lieu

“Lors de notre dernière réunion, mardi dernier, une décision a été imposée comme quoi on devait arrêter le festival Donia 17e édition”.C’est un membre du Cofestin qui parle. Nombreuses sont les causes qui ont conduit à ce veto pour ne parler que du devis relatif aux dépenses. Des sponsors et associés se sont désistés à la dernière minute.

Donia de Nosy Be fait partie désormais des manifestations culturelles internationales. Des étrangers se déplacent et font exprès le voyage pour honorer l’événement. Il n’est donc pas surprenant que ce soient les opérateurs étrangers vivant à Madagascar qui en tirent profit. Et pourtant l’on clame haut et fort que Donia est une manifestation culturelle malgache dans une région déterminée. Malgré cela les organisateurs n’ont pas baissé les bras. Ils se sont débrouillés avec ce qu’ils avaient sous la main. Chaque membre de l’organisation a apporté bénévolement sa pierre à l’édifice.

Ambiance festive dans la ville

Mercredi après-midi, un cortège monstre a déambulé à travers les artères de la ville. Partis à 15h30 du Château d’eau, les festivaliers ne sont arrivés au stade d’Ambodivoanio, lieu de toutes les manifestations, qu’à 18h. Ce, après un transit à Bazar be où ont pris place les hautes personnalités. Le défilé a été précédé par des noysbéennes à bord des quads. Mention spéciale pour les femmes des membres du Cofestin dirigées par Amida Vincenzo vêtues de tee-shirts orange assortis d’un pantalon blanc. D’aucuns ont pensé aux couleurs fétiches du parti présidentiel TGV.

Dans leur sillage, les associations des jeunes issus des 26 quartiers là ont présenté des danses et autres manifestations propres à la culture locale. Parmi ces jeunes, citons les groupes Zanagasy et Kossovo ainsi que Jazz Faillone qui a fait des numéros avec le feu. Le jury a pris en compte la présentation et le mouvement d’ensemble des fêtards. Les meilleurs seront primés durant la clôture de Donia demain. A Ambodivoanio, l’on a procédé aux rituels discours. Au micro, le chef de région Romuald Bezara, le membre de la HAT René Rasolofo, le président du Cofestin Hubert Radaniarison et le Pds Roger Mahazoasy. Chacun a mis en exergue la valeur du patrimoine culturel qu’il faut préserver à tout prix. A cette occasion, chacun a souhaité à la population de passer une bonne fête paisible.

Pasy R

 

 

LA VERITE

Festival Donia – Nosy Be – Un coup d’envoi électrique !

Écrit par Andrin’Irina Rafaralahisoa
Samedi, 02 Octobre 2010 00:30

Ni la coupure de courant qui a duré plus d’une heure sur tout Hell – ville, ni la pluie qui a frappé sans avertissement en plein milieu du spectacle, jeudi soir, n’ont eu raison au stade d’Ambodivoanio pour interrompre Donia, le festival de Nosy Be. Et c’était un pari gagné pour le Confestin qui a joué en grand professionnel, quoique ce soit juste une association de passionnés pour la promotion de la culture. Déjà à sa 17e édition, ce festival culturel a connu encore la même euphorie qu’en 1993 ainsi que les années suivantes. Donia demeure la vitrine de la diversité culturelle, dont surtout la musique de l’Océan indien. Jeudi, les Saramba, Shao – Boana, Jimmy de Mayotte et les gars d’Oladad ont tout simplement émerveillé le public d’Ambodivoanio. Bref, un coup d’envoi électrique malgré le délestage et la pluie inattendue. La fête continue à Nosy Be et le spectacle de Donia promet d’être encore plus électrique dans les prochains jours et les prochaines… nuits. Car Donia ou la belle vie, c’est jour et nuit. Des conférences – débats, des pièces de théâtre offertes par les élèves de l’Alliance française s’ajoutent aux programmes du week – end. Hier, l’on a aussi appris l’arrivée des pros en jet – ski dans l’Ile aux Parfums. Ils sont juste en villégiature mais comme cela coïncide avec la tenue de Donia, un mini freestyle sur ce type de sport extrême sera probablement prévu. A suivre…

Andrin’Irina Rafaralahisoa
Envoyée spéciale à Nosy Be

Donia – 17e édition – Chose promise, chose due !

Écrit par Andrin’Irina Rafaralahisoa
Jeudi, 30 Septembre 2010 00:30
La cérémonie d’ouverture du grand festival de Nosy Be, « Donia », a été animée  par toute la population de l’Ile aux Parfums, les festivaliers… hier dans l’après – midi. C’est avec des discours très soignés que le président de l’association organisatrice, Confestin, et les autorités de la Région ont présenté l’édition de cette année en souhaitant chaudement à Nosy Be « … de passer un bon festival… ».
Entre l’entrée de  Hell – Ville et le stade d’Ambodivoanio, une marée humaine décorait les rues en attendant le carnaval musical et artistique constituant la cérémonie d’ouverture de Donia, le Festival de Nosy Be à sa 17e édition.Une édition qui  coïncide  justement avec la célébration du Cinquantenaire de l’Indépendance de Madagascar. Toutes les cultures et la vie quotidienne de la ville hôte du festival ont été présentées, comme tous les ans. Mais ce qui fait la particularité de celle – ci par rapport aux précédentes, c’est la présentation, à leur manière, des hommes forts de ce coin, Philibert Tsiranana ou Didier Ratsiraka, entre autres.Plus d’un millier de spectateurs étaient présents, dont beaucoup de jeunes et des touristes.
En gros, il faut avouer que ce festival, réalisé en stop motion, était bien sympa à voir, et les aventures de ces humains bien déguisés en sauvages pourtant si humains, enchantent petits et grands. Plein d’humour et de références culturelles, ce festival, à ne plus présenter à tout le monde, est désormais devenu une fenêtre permettant aux résidents et touristes de Nosy Be de connaître et de comprendre la culture que véhicule « Donia », depuis 17 ans déjà. D’ailleurs, comme on dit :
« Chose promise, chose due ! ». Alô fôgno !!!

Andrin’Irina Rafaralahisoa
Envoyée spéciale à Nosy Be

 

 

 

Donia – Festival de Nosy Be – De grosses pointures et quelques artistes en découverte !
Écrit par Andrin’Irina Rafaralahisoa
Mercredi, 22 Septembre 2010

 

Après une longue temporisation et une intense préparation et surtout pour maintenir l’objectif de cette manifestation, promouvoir l’activité culturelle et faire une plate – forme de loisir et d’échanges culturels, finalement, pour cette année, « Donia », le festival de Nosy Be qui est l’un des plus grand festivals de l’Océan indien, se tiendra du 26 septembre au 3 octobre 2010, la semaine culturelle. Ninie Doniah se déplace de la France pour le Festival…Hier dans l’après – midi, le président sortant du Comité d’organisation du festival de Nosy Be (Confestin) nous a confirmé le maintien du Donia pour cette année, à sa 17e édition. Deux semaines seront consacrées au Festival qui a déjà commencé la semaine sportive. La semaine suivante sera purement culturelle : concerts gratuits, artistes tous styles confondus… pour un véritable festival comme on dit « sôma la vie ! »

D’abord, une grande réhabilitation a été faite par le Confestin au stade d’Ambodivoanio, là où tous les concerts se dérouleront. Un objectif pour mettre cet endroit aux normes : de l’eau potable à l’intérieur, sanitaire, sécurité, entre autres… Mais surtout, et ce qui intéresse le plus grand nombre de la population cible et inconditionnelle de ce rendez – vous annuel à Nosy Be, la programmation culturelle durant la semaine.

Alors, pour cette fois, Donia se lance non seulement dans la promotion des artistes mais aussi donne une chance, et la scène,… et Ambondrona y sera encore cette fois aux artistes en herbe de la localité tout en produisant des artistes de grosse pointure. A partir de ce dimanche par exemple, Ninie Doniah se déplace de la France pour participer à ce festival. Ambondrona, Shao Boana, Vavalapasy, Saramba… entre autres partagent la scène avec des artistes talentueux d’Antsiranana ou de Nosy Be, en plus de ces artistes qui viennent de La Réunion ou de Mayotte.

A la dernière nouvelle aussi, Fandrama vient juste de signer un contrat pour le concert de clôture de Donia, une fois encore, pour cette année…

Andrin’Irina Rafaralahisoa

 

La Gazette de la Grande Ile

 

Festival Donia: Dame Pluie s’invite dans la danse       Samedi, 02 Octobre 2010 05:43

Le festival Donia poursuit son élan avec trois styles différents pour la seconde soirée. Shao Boana, Oladad, et Saramba ont mis le feu jeudi soir au stade d’Ambodivoanio. Et c’était une vraie découverte pour le public cosmopolite car Saramba et Oladad en sont à leur première participation. La prestation très chaleureuse de ces artistes donne déjà le ton. Quant à l’ambiance des prochains jours où le rythme des Kaoitry, Salegy et autres vont faire vibrer l’Île au parfum. Malgré cette ambiance aussi électrique, le délestage de plus d’une heure et les caprices de la météo étaient bien au rendez-vous, au grand dam du public un peu clairsemé mais bien prêt pour la fête. Malgré ce petit pépin, Shao Boana, Jimmy de Mayotte, Oladad et Saramba qui a été secondé par Baba et Nicolas Vatomanga ont assuré pour donner de la joie aux spectateurs du Donia.

 

Jirama de Nosy-Be: La galère !
Vendredi, 01 Octobre 2010 05:46

Rien ne va plus à Nosy-Be ! La population et les opérateurs locaux ont monté le ton hier, se rendant compte du retour du délestage dans cette île touristique de la Grande île. Surtout que l’île est en train de revivre le festival musical « Donia ».

En effet, hier le délestage d’une heure de temps, entre 23 h et minuit a interrompu cette festivité tant attendue par la population et les amoureux du festival. On ignore pour quelle raison les responsables locaux de la Jirama n’avaient pas pu penser à cet évènement en se rabaissant à cette situation ! C’est dire que contrairement à la direction générale présidée par M. Rasidy qui veille à tout prix à « sauver » l’image de marque de la Jirama, certains responsables régionaux ne suivent pas. Espérons en tout cas que le DG de la Jirama résolve le plus tôt possible un tel problème !

Plus, ce genre de défaillance déshonore voire discrédite le régime de la Transition. Surtout que l’organisation de « Donia » de cette année manquait de punch par rapport aux précédentes manifestations.

Curieusement, des mauvaises langues entendent endosser un tel déficit à l’endroit du membre de la Haute Autorité de la Transition (HAT) de la localité et du président de la Délégation spéciale de la commune urbaine de Nosy Be. Heureusement que MM Momy et Roger Mahazoasy disposent d’une bonne audience auprès de la population nosibéenne ! Attention, à quelques mois des communales, les mauvais coups se pointent…

 

Jimmy: Come-back attendu
Vendredi, 24 Septembre 2010 05:34

Finaliste du Prix musique de l’Océan Indien 2009 aux côtés de Mami Bastah à Antananarivo, le mahorais Jimmy reviendra à Madagascar lors du festival Donia et donnera un concert aux côtés des groupes nationaux comme Riziky, Oladad et Shao Boana le 30 septembre prochain.

Originaire de Chiconi village natal, Jimmy a commencé par le théâtre en 1996 avec la troupe Mkoutra théâtrale de Chiconi. En 98 il commence à apprendre le Dzendzé, une petite cithare d’origine comorienne.

En 2001 lors d’un concert à Ambato Plage, il fait la rencontre du Mkombé Lathéral. Séduit par le son de son Gabussy Lathé lui annonce qu’il veut jouer avec lui. Deux années plus tard ils commencèrent l’album Riyéléwa.

En 2004 Jimmy accompagnait Klan Demba lors d’un voulé à la plage de Sohoa. Klan Demba qui a sorti son premier album Sauvage Réo en février 2004 sous le Label Mila.

« Sarera », son premier album solo de 9 titres a été fait tout seul. Sur son disque il est à la fois auteur, compositeur, interprète, Dzendzé, Gabussy, Mkayamba, chœur … bref « le grand maître Jimmy » comme le surnomme Lathéral. Sarera c’est aussi une danse traditionnelle mahoraise. A découvrir absolument.

 

Phénomène CUDZA: Contagion du Mgodro à Madagascar
Mercredi, 22 Septembre 2010 05:35

A quelque jour du Donia, tous les préparatifs vont bon train. Cette semaine, nous allons vous faire découvrir chaque jour un nouveau groupe étranger qui fera le déplacement à Nosy be pour le festival.

Jean-Raymond débute sa carrière à Mayotte en 1977 avec les Timmy’s. Depuis il cherche sa voie et celle de la musique mahoraise. En 1981, il devient le leader du groupe Arc-en-Ciel. En 1988 naissent ses premières compositions. Un mélange de musique traditionnelle et des sonorités actuelles avec introduction de la guitare électrique, du synthétiseur et de la batterie acoustique… Il apporte un nouveau souffle à la musique traditionnellement mahoraise : le MGODRO, en faisant appel au moderne. Sur ses deux premiers albums, KASSINDZIA et ZEMA , il y a déjà en filigrane ces sonorités nouvelles qui préparaient le coup de tonnerre musical à venir.

En 1994, il fonde son propre groupe, le New Galaxy. Décidant ensuite de commencer une carrière solo, Jean-Raymond Cudza sort un premier album KASSINDZIA en 1994.

Quatre ans plus tard il récidive et fait vibrer Mayotte avec ZEMA (Mai 1998). Un album qui sort juste au moment de la première édition de Mayotte M’Shago.

En 1999, il surprend avec TCHOPO entièrement enregistré, arrangé et mixé à Mayotte. Cet album s’impose rapidement dans la zone et les projets de scène se multiplient. C’est alors que commence la grande aventure qui l’amène à parcourir l’Océan Indien.

Grâce à ce troisième album, en 2000 Jean Raymond CUDZA effectue 3 fois de suite un déplacement à la Réunion. Le Séchoir de Saint LEU, le PALAXA de Saint Denis, le BATO FOU de Saint Pierre et le BRAS PANON sont ses meilleurs souvenirs. Auxquels se rajoutent 24 représentations en Boite de Nuit. Après la Réunion ce sera Madagascar en Juin 2000, au Festival DOUNIA. Puis Moroni au cœur du Stade Mitsamihouli et au Palais du Peuple. Merci TCHOPO. L’engouement pour cet artiste dépasse les frontières de Mayotte. Jamais un artiste au départ de Mayotte n’avait connu un pareil succès.

Qui n’a pas dansé sur l’énorme tube BALAHE M’LIMBA ? Le tube de cet album. Ce même tube qui fût diffusé sur RFI dans l’émission de Claudy SIAR, COULEURS TROPICALES. Le succès de TCHOPO est une double victoire. La première celle d’un artiste qui réussi remarquablement à mixé le Mgodro avec des sonorités modernes. Et la seconde victoire est purement professionnelle et technique. En enregistrant et mixant TCHOPO dans son studio à Mamoudzou, Jean Raymond prouve que le studio M’vangate est un studio professionnel et bien équipé qui permet de faire des tubes. TCHOPO est la preuve que le mélange est plus que parfait. Deux ans plus tard (Mars 2002), il récidive avec LOLA. Toujours enregistré dans son studio à Mamoudzou. Album dédie à tous ceux qui œuvrent pour l’évolution de la culture mahoraise. LOLA c’est du Mgodro, du slow et du Mringué. LOLA est un quatrième album bien rythmé et cadencé.

Et en Juin 2004 PORTABLE. Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est le nom de son quatrième album. L’artiste donne son avis sur ce nouveau mode communication moderne qui est en train de bouleverser le mode de vie de son île. On aurai pu dire c’est le même style de composition. Mais au Mgodro et au slow Jean Raymond rajoute une nouveauté. Du Mgodro-dance. Et une prévention sur l’eau.

En bonus de ses 5 albums solo (KASSINDZIA, ZEMA, TCHOPO, LOLA, PORTABLE), 2 autres albums concepts. En song-maker. Auteur compositeur de MALEZI et de SUBIRA, Jean Raymond CUDZA cède son micro aux plus belles voix de Mayotte qui interpréteront ses textes.

Pour cette édition du Donia, il fera la première partie du groupe Ambondrona le 3 octobre prochain au stade municipal de Hell Ville le dimanche 3 octobre.

M.K.R

 

Donia 2010 : sauvé in extremis
Jeudi, 16 Septembre 2010 06:05

Il y aura ou il n’y aura pas. Nos questions ont été enfin répondues car on aura bien une édition du Donia, la XVIIè cette année. Prévu se tenir vers le mois de mai, ce festival a été mainte fois repoussé car le budget n’a pas été bouclé.

C’est donc confirmé que l’édition 2010 se tiendra à Nosy Be du 29 septembre au 3 octobre prochain.

Faute de moyens, il n’y aura plus de caravane mais des petites haltes musicales. Les manifestations culturelles proprement dites avec les artistes invités débuteront le 29 septembre en début de soirée après un grand carnaval à travers l’île dans l’après-midi et les discours officiels d’ouverture. Ainsi, le 29 septembre, le public pourra apprécier les prestations de la Voile et Fleurs de l’île. Le lendemain, la caravane d’animation marquera – comme durant les 5 jours – les manifestations; suivie des concerts de Jimmy, Oladad et Saramba.

Volazara, Lambodoara, Rah-Ckiky et Rabaza animeront la scène du stade de Nosy-Be dans la soirée du 01 septembre. Vavalapasy, DJINO, Mayotte, Fandroboana de Majunga et l’artiste locale Ninie Doniah pour le 02 septembre. La dernière journée sera marquée par la 7è édition du championnat de motocross de Doniah. Suivie par les animations culturelles avec DJ Bungalow, Zion Light, Ambondrona et Hery Buisson de Mahajanga.